Les Pilules Bleues – Frederik Peeters

De quoi ça parle ?

Publié en 2001 aux éditions Airabile, Les Pilules bleues de Frederik Peeters retrace la rencontre et l’histoire amoureuse de Frederik et Cati. Pendant une majeure partie du livre, le narrateur et héro n’est pas nommé. Jusqu’au moment où l’on s’aperçoit qu’il s’agit en fait de l’histoire même de l’auteur. Et oui, ce récit s’avère être autobiographique.

Cati a déjà un petit garçon né d’une précédente union. C’est d’ailleurs au moment de la rupture avec son mari que les chemins de Cati et Frederik se croisent à nouveau, et pour une fois c’est le bon timing pour tous les deux. Leur relation coulant de source et devenants de plus en plus proche, Cati lui révèle un secret : elle et son fils sont atteints du SIDA. Malgré cette révélation, Frederik décide de continuer leur histoire, que nous découvrons au fil des pages de ce livre.

bd 1


Ce roman graphique a été une belle découverte pour moi. Même si les illustrations ne m’ont pas non plus transcendée car un peu trop simpliste pour mon goût, l’auteur a un style qui lui est propre. Les images servent le propos et c’est bien le récit qui importe le plus ici.

Ce livre nous raconte une histoire d’acceptation, de remise en questions de préjugés, d’amour, de tolérance, de culpabilité, de questionnements sur le rôle de parent et dans la transmission de maladies. Il interroge aussi les liens et la relation qui se créent entre un enfant et son beau-père. Liens qui sont somme toute universels, maladie ou non. On se rend compte que le message qui traverse le texte est riche et profond dans la réflexion.

bd2

On découvre une histoire assez poétique. L’auteur se met à nu au travers de ses mots et dessins, et ose évoquer les pensées pas toujours belles qu’il a pu avoir, notamment au moment de l’annonce, ou en cas de problème de préservatif. On se rend compte de la complexité des émotions que peuvent éprouver les couples dans leur situation.

Tout l’amour et l’admiration qu’il porte à Cati transparaissent à travers les commentaires du narrateur tout au long du récit. Cette façon de poser son regard sur elle pousse le lecteur à en faire de même. On est plein d’empathie pour elle quand elle se questionne ou culpabilise vis à vis de sa maladie par rapport aux autres personnes qu’elle pourrait mettre en péril.

Il y a aussi la question du regard des autres sur ce couple atypique : Les questions indiscrètes des amis, le choix de révéler ou non la maladie à la famille en risquant le rejet ou les inquiétudes trop fortes. Toutefois on peut regretter que ce sujet est à peine effleuré. On aurait pu apprécier plus de passages à ce propos plutôt que de simples évocations. Toutefois cela semble volontaire, l’auteur se concentre sur leur relation à eux deux, et non sur celles avec les autres.

bd3

On découvre aussi un sujet peu souvent abordé : comment se passe la vie de famille des gens séropositifs, et celle des enfants atteints à la naissance. Plus de questionnements que de réponses certes, mais en même temps ce n’est pas un livre pédagogique, mais un récit de vie.

On pourrait croire que c’est une BD sur la maladie, mais c’est avant tout sur une ode à l’amour inconditionnel.

bd4bd5

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :