Le mariage de Figaro – Beaumarchais

Un petit classique? Ça ne fait pas de mal!

Le mariage de Figaro de Beaumarchais est une relecture en ce qui me concerne! J’avais lu la version abrégée pour la jeunesse il y a quelques années et cela m’avait bien plu! Le théâtre n’est pas un genre que j’apprécie particulièrement, j’en achète très rarement. Arthur Miller est mon dramaturge contemporain favoris ! Mais pour ce mois-ci je vais me contenter d’un classique qui n’est pas si mal.

Cette pièce publiée en 1784, m’a paru quelque peu obscure au début de ma lecture. J’ai trouvé que les personnages principaux étaient assez nombreux et je m’embrouillais un peu au fil du texte. Il faut dire que je n’ai pas lu Le barbier de Séville du même auteur et je pense que cela aurait été une bonne idée de commencer par là!

Une fois le début de la pièce débloqué, on se laisse prendre très facilement dans l’intrigue principale! Le comte fait des avances à Suzanne, la fiancée de Figaro, et pour parvenir à ses fins il décide d’éloigner Figaro pour avoir le champ libre. Suzanne qui n’apprécie pas ses manigances en informe la comtesse et Figaro! Ces derniers se liguent contre le comte pour que ses projets pour mettre fin au mariage de Figaro et Suzanne n’aboutissent pas…

figaro 1

C’est une histoire assez rocambolesque, des promesses de mariage par-ci, des duperies par-là et des révélations choquantes en milieu de lecture! Le rythme est rapide, on passe d’une action à l’autre, d’une manigance à l’autre surtout! Le niveau de langue utilisé n’est pas excessivement compliqué contrairement à ce que l’on pourrait s’imaginer. Seul défaut, on a envie d’en savoir plus sur les personnages présents, le passé, leur histoire…Mais bon, c’est une pièce de théâtre alors évidemment on ne peut pas tout avoir ^^

Figaro est un des personnages les plus intelligents de la pièce, il est de basse extraction mais pourtant il est intellectuellement supérieur au maître qu’il sert! On voit bien là une critique de l’époque, les riches ne sont pas forcément les plus futés et les plus honnêtes, bien au contraire! Les paroles qu’il prononce ont très souvent un double sens qui permet au lecteur de se poser des questions sur la société qui l’entoure.

C’est ce qui m’attire le plus dans la littérature classique, la force des personnages principaux et les messages qu’ils véhiculent!

Alors non, ce n’est pas un gros coup de cœur, mais c’est une pièce agréable à lire et comme je me suis donnée comme objectif de lire un classique par mois et bien voilà : et de un !

Vous aimez le théâtre? Si oui, vous avez des pièces à me conseiller? Je suis preneuse 🙂

Judith

4 commentaires sur “Le mariage de Figaro – Beaumarchais

Ajouter un commentaire

  1. J’aime beaucoup les pièces de Beaumarchais car, malgré un style d’écriture qui date, les situations et personnages qu’il met en scène demeurent accrocheurs.
    Si tu as aimé, je te recommande de lire un peu de Musset si ce n’est déjà fait. Ses pièces sont généralement courtes, amusantes et fraîches. Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée, Il ne faut jurer de rien et Lorenzaccio m’ont particulièrement plu 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. J’ai beaucoup aimé Lorenzaccio aussi 🙂 Je vais essayer de lire une pièce par mois, parce qu’il est vrai que ça fait vraiment du bien de changer de genre!

      J'aime

      1. Quelle bonne idée ! Je n’arrive pas à m’astreindre comme ça, je n’aime pas me sentir « obligée » de lire quelque chose, même si c’est de ma propre initiative^^ »

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :