Arte – Kei Ohkubo

Encore un manga! Promis je ne lis pas que ça mais en ce moment je suis d’humeur texte/image. Et puis, il faut dire qu’il y a de super sorties depuis janvier alors comment ne pas céder? Si vous avez la solution, je suis preneuse!

Bref! Tout ce bla-bla pour vous parler de Arte de Kei Ohkubo, publié aux éditions Komikku. J’ai découvert cette maison d’édition récemment en lisant Créatures Fantastiques (je vous parlerai de cette série très bientôt). En feuilletant leur catalogue j’ai trouvé des choses vraiment sympathiques!

arte 3

De quoi ça parle? Arte est issue d’une famille d’aristocrates de Florence en Italie. Son père a toujours encouragé sa passion pour le dessin. Mais, depuis sa mort, sa mère ne pense qu’à une chose, faire d’Arte une femme respectable et la marier au plus vite. Arte, n’étant pas de cet avis, quitte son foyer pour trouver un apprentissage. Pas facile quand on est une femme, seul maître Léo lui donne sa chance. Au sein de l’atelier de l’étrange Léo, elle va parfaire sa maîtrise de l’art et affirmer son droit à l’égalité en tant que femme.

J’ai acheté les deux premiers tomes sans vraiment me soucier si j’allais apprécier ou non. La Renaissance est une période historique qui me plait beaucoup, sans surprise, j’ai adoré.

L’intrigue débute assez rapidement, il est très rare de se perdre dans des longueurs inutiles. Et ça c’est un très bon point pour moi ! L’histoire de l’aristocrate qui vient se perdre au milieu du peuple c’est du déjà vu et revu je vous le concède mais elle n’est pas traitée à manière habituelle avec cette opposition riches/pauvres. Au contraire, ce qui va remplacer cette opposition, c’est plutôt un thème sous jacent au thème principal (que je n’ai pas encore mentionné) : le travail acharné. Alors là, il n’y a pas à dire on retrouve ça en littérature japonaise quasiment partout! Yataaa je vais réussir mes examens d’entrée à l’université! Yataaa je vais prendre la place du chef des Yakuzas! Yataaaa à la fin de l’année je vais avouer mes sentiments à la fille que j’aime! D’une certaine façon, l’auteure utilise cette particularité du manga pour nous parler de son travail de dessinatrice. Et elle montre aux plus sceptiques que le manga est un art au même titre que la peinture ou la sculpture.

C’est grâce au dessin, à l’art, qu’Arte peut s’émanciper de sa condition d’aristocrate, de sa condition de femme. Au fil de ma lecture, j’ai remarqué que l’auteure a placé des petits commentaires personnels sur la condition de la femme à la Renaissance. A la manière d’un didacticien, elle explique au lecteur ce que devait être une femme, ce qu’elle pouvait faire ou ne pas faire. L’héroïne, Arte, est un symbole d’émancipation féminine. A une période où l’art change, Arte change les règles du jeu. Elle se démène pour montrer aux hommes qu’elle peut faire aussi bien, voire mieux qu’eux. Et elle montre aux femmes qu’il est temps d’abandonner les vieux standards. Un manga féministe? Je ne m’y connais pas assez pour le dire, néanmoins, la position de l’auteure sur l’égalité homme/femme est bien affirmée. Les problématiques que rencontre Arte dans sa nouvelle vie d’artiste sont plus que d’actualité et le fait de placer l’intrigue dans un autre siècle nous permet de nous rendre compte qu’il reste beaucoup à faire et que les croyances d’antan sont malheureusement toujours respectées par certains.

arte 5

C’est une série à suivre de près…Vivement la suite!

Judith

Un commentaire sur “Arte – Kei Ohkubo

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :