Manuel de survie à l’usage des jeunes filles – Mick Kitson – *Retour à l’état sauvage*

Hello !  J’ai enfin pris le temps de lire Manuel de survie à l’usage des jeunes filles de Mick Kitson, publié aux éditions Métailié Depuis le temps que j’en entendais parler ! Et je n’ai pas été déçue, c’est vraiment un beau livre.

Peppa a dit « Froid » et puis plus rien pendant un moment. Et après elle a dit « Froid Sal. J’ai froid ». Sa voix était basse et sourde et feutrée. Pas comme d’habitude. j’ai commencé à avoir peur qu’elle soit en hypothermie. J’ai vu quelque part que ça vous rend tout mou et tout endormi. Alors je l’ai touchée mais son dos était chaud et son ventre était chaud. Après elle a dit « Arrête de m’peloter – ‘spèce de pédo ». Et là j’ai su qu’elle n’était pas en hypothermie. .

Quatrième de couverture :

« Que font deux gamines en plein hiver dans une des plus sauvages forêts des Highlands, à des kilomètres de la première ville ?
Sal a préparé leur fuite pendant plus d’un an, acheté une boussole, un couteau de chasse et une trousse de premiers secours sur Amazon, étudié le Guide de survie des forces spéciales et fait des recherches sur YouTube. Elle sait construire un abri et allumer un feu, chasser à la carabine. Elle est capable de tout pour protéger Peppa, sa petite sœur.
Dans le silence et la beauté absolue des Highlands, Sal raconte, elle parle de leur mère désarmée devant la vie, de Robert le salaud, de la tendresse de la sorcière attirée par l’odeur du feu de bois, mais surtout de son amour extraordinaire pour cette sœur rigolote qui aime les gros mots et faire la course avec les lapins. »

 

Mon avis:

Beaucoup de gens l’ont comparé à Dans la forêt de Jean Hegland, mais pourtant je les trouve très différents. Bien sûr, il y a le côté apprentissage des techniques de survies, et le fait que ce soit 2 sœurs. Mais la survie dont il est question, ainsi que ses enjeux, sont bien différents. Dans le cas de cet autre livre, il s’agit de rester dans sa maison de toujours pour survivre à une sorte d’apocalypse ; alors que dans le roman dont nous parlons aujourd’hui, il s’agit de fuir un environnement familial malsain pour se protéger. De plus, l’âge des protagonistes est bien différent, même si Sal dans Manuel de survie à l’usage des jeunes filles  est bien plus préparée à cette vie dans la forêt car c’est un choix longuement étudié et planifié.

Passée cette digression, je peux réellement m’attaquer à cette chronique. Pour commencer, je trouve le titre français un peu trompeur dans la direction à attendre de ce roman ; il ne faut pas se méprendre, ce n’est clairement pas un « manuel » ou autre guide. Le titre original, bien plus sobre, est mieux adapté je trouve, puisqu’il s’intitule « Sal » tout simplement. On comprend mieux ce titre-là, puisque ce roman nous narre le portrait de cette jeune fille suite à un tournant décisif de sa vie.

Ce roman d’aventure occulte souvent les raisons, bien plus crues et sordides, qui ont mené à la nécessité pour Sal d’organiser cette fugue. Ici la forêt est un refuge, un havre de paix qui permet aux protagonistes de guérir leurs blessures. Même les personnages rencontrés au détour des chemins sont positifs. Ingrid apparaît comme une sorte de fée protectrice de la forêt, qui va aider les deux filles à reprendre leur place d’enfant et réintégrer la société tout en gardant le noyau familial.

On comprend au fur et à mesure la violence qui a mené Sal à prendre des décisions radicales, mais sans jamais tomber dans le sensationnalisme ou dans le trash. C’est vraiment de la pudeur qui traverse ce récit, tout en traitant pourtant d’un sujet bien grave, l’inceste et la maltraitance.

Ce roman est une ode à Sal, et à travers elle à la résilience et la force qui se cache même chez les personnes victimes d’atrocités. Sal est une jeune fille pragmatique, autonome, habituée à tout gérer (la maison, sa sœur, sa mère, elle-même). Son enfance a été volée mais la famille reste au cœur de ses préoccupations – tout faire pour la garder soudée au maximum et éviter les services sociaux, tout faire pour préserver l’innocence de sa petite sœur Peppa le plus longtemps possible

Mick Kitson a créé des personnages très attachants, très émouvants. Son écriture est toujours juste, et particulièrement dans le langage totalement cohérent avec leur âge, leur milieu. Naïveté et humour sont présents dans les scènes du quotidien apportant un peu de fraîcheur à un sujet bien lourd. C’est un roman dur tout en restant pudique, mais surtout très optimiste.

J’ai dévoré très rapidement ce livre qui est vraiment touchant, émouvant, et plein de force de vie.

Un excellent premier roman. Si vous ne l’avez pas encore ouvert, je vous le recommande fortement !

 

Mélissa

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :