Le Déchronologue – Stéphane Beauverger – *Laissez-vous happer dans les remous du temps*

Le Déchronologue, écrit et publié par Stéphane Beauverger aux éditions La Volte en 2009, est un roman assez particulier et original. En même temps on en attendait pas moins vu la maison d’édition, c’est même d’ailleurs l’un des arguments qui m’a fait ouvrir ce livre en premier lieu.

 – Écoutez-moi tous, dis-je d’une voix forte.

Sur le pont supérieur, chacun se rapprocha un peu plus, comme pour mieux entendre les secrets des anges et du monde. Je pris le temps de les observer, mes pouilleux, mes rats de fortune, à la gueule maculée d’une crasse qui leur tressait des mèches dans la barbe, aux dents abîmées par les privations et les querelles d’ivrognes. J’étais l’un d’eux, celui qu’ils avaient choisi de suivre pour leur apporter la fortune et la gloire. Capitaine flibustier et gentilhomme des mers, voilà mes seuls titres, mes seules distinctions. Maintenant que le cosmos chancelait, c’était encore à moi de choisir la meilleure course. La meilleure voie. Ils avaient le droit d’être avertis.

 

Quatrième de couverture :

Au XVIIe siècle, sur la mer des Caraïbes, le capitaine Henri Villon et son équipage de pirates luttent pour préserver leur liberté dans un monde déchiré par d’impitoyables perturbations temporelles. Leur arme : le Déchronologue, un navire dont les canons tirent du temps. Qu’espérait Villon en quittant Port-Margot pour donner la chasse à un galion espagnol ? Mettre la main, peut-être, sur une maravilla, une des merveilles secrètes, si rares, qui apparaissent quelquefois aux abords du Nouveau Monde. Assurément pas croiser l’impensable : un Léviathan de fer glissant dans l’orage, capable de cracher la foudre et d’abattre la mort ! Lorsque des personnages hauts en couleur, au verbe fleuri ou au rugueux parler des îles, croisent objets et intrus venus du futur, un souffle picaresque et original confronte le récit d’aventures maritimes à la science-fiction. De quoi être précipité sur ces rivages lointains où l’Histoire éventrée fait continûment naufrage, où les marins affrontent tous les temps. Car avec eux, on sait : qu’importe de vaincre ou de sombrer, puisque l’important est de se battre !

 

Mon avis

Comme je le disais en introduction, ce livre est plutôt original par sa composition. En effet, les chapitres sont… dans le désordre total. Au début c’est assez perturbant de jongler entre plusieurs périodes, même si heureusement avec le numéro des chapitres et les dates indiquées en début de chaque chapitre, on retrace plus facilement la chronologie. Et petit à petit les trous se comblent et certaines histoires s’éclairent, prennent un sens nouveau. Qui plus est, cette déconstruction fait travailler notre imagination, car bien évidement les éléments clés sont le plus souvent à la fin du livre. On essaye donc de deviner ce qui s’est passé entre le point A et B, etc, ou pourquoi des relations entre des personnages ont radicalement changé d’une période à l’autre. Cependant ce désordre n’est pas seulement un effet de style, il sert aussi le propos du livre – le temps qui perd son cours, se tord, et fait venir des objets d’époques passées ou futures.

Vous l’aurez compris avec le résumé, c’est un roman de pirates et corsaires, sur fond d’uchronie. La plupart des grands noms cités et de certains personnages rencontrés ont réellement existé, même si leur histoire a dû être « légèrement » différente. L’auteur a aussi fait un grand travail pour nous immerger totalement dans cet univers par le langage, en utilisant le vocabulaire et les expressions de l’époque – sans rendre le récit incompréhensible, je vous rassure !

J’ai donc vraiment adoré ce roman. On est happé par l’histoire, en plus j’adore la piraterie (même si je ne lis pas assez de roman de ce genre) et avec la touche SF/fantastique c’est juste génial ! Le personnage principal est aussi très réussi. C’est d’ailleurs notre point d’ancrage dans le récit puisque le roman est censé être le journal de bord de ce Henri Villon. Un protagoniste charismatique, rugueux, attachant mais aussi crédible. Les personnages secondaires même s’ils sont plus en retrait, n’en restent pas moins réussi et participent à l’immersion dans l’histoire.

Vous l’aurez compris, c’était un coup de cœur ! Je vous le conseille vivement, et encore plus particulièrement si vous aimez les pirates/les romans maritimes, les uchronies et l’originalité.

A bientôt pour une nouvelle chronique 🙂

Mélissa

D’une certaine manière, renvoyer Cortés ou Alexandre de Macédoine à leurs exploits défunts relevait de la correction d’un hoquet des chroniques d’antan. Avec beaucoup de mauvaise foi, je voulais bien admettre qu’il ne s’agissait que de biffer une redite. Mais croiser ces vaisseaux merveilleux, nés d’une science encore à naître, nous avait fait deviner quels risibles homoncules nous étions, flottant dans le bouillon d’une histoire moribonde, au regard des prodiges qui attendaient encore les hommes.

5 commentaires sur “Le Déchronologue – Stéphane Beauverger – *Laissez-vous happer dans les remous du temps*

Ajouter un commentaire

  1. Ça fait un moment que j’ai envie de lire ce livre, d’autant plus que chaque avis que je vois dessus est très enthousiaste ! Tu me donnes envie de le sortir de ma wishlist^^

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :