Le voyage de Haviland Tuf – G.R.R. Martin – *Le space-opéra version écolo*

Quatrième de couverture :

« Qu’est-ce que vous faites ? Je cherche les jouets que Dévastation a égarés. Je perds du sang, nos réserves d’air s’amenuisent et vous, vous cherchez les jouets du chat ?  » Haviland Tuf est un honnête marchand interstellaire qui apprécie les chats. A la suite d’une rencontre fortuite avec un groupe de mercenaires, il se retrouve en possession de l’Arche, un gigantesque vaisseau long de trente kilomètres abandonné mille ans plus tôt. Arme de guerre ultime créée par les éco-scientifiques de l’ancienne Terre, le vaisseau contient à son bord les technologies génétiques capables de bouleverser les écosystèmes de planètes entières… En compagnie de ses chats et des créatures nées de ses cuves de clonage, Haviland entame un long périple galactique.

 

Mon avis :

Cela faisait longtemps que je voulais découvrir d’autres écrits de G.R.R. Martin, et ce livre m’a été conseillé dans une petite librairie d’occasion (Galaxy Bis à Strasbourg).

Publié en 1986 en V.O., et seulement en 2006 pour l’édition française, Le Voyage de Haviland Tuf est un roman « fix-up », c’est-à-dire un recueil de plusieurs nouvelles autour d’un thème commun, agencées pour former une œuvre romanesque cohérente. Ici, chaque nouvelle/chapitre raconte une aventure différente de notre personnage principal, j’ai nommé Haviland Tuf. Un roman de S-F, s’approchant parfois sur space-opéra, et avec une 1ère nouvelle, sous forme de slasher avec des aliens, très jouissif.

Haviland Tuf, presque malgré lui, devient seul maître à bord d’un gigantesque vaisseau pouvant semer la mort, et de simple marchant il décide de se reconvertir en « ingénieur écologue ». C’est un personnage misanthrope, qui préfère la compagnie de ses chats à celles des hommes ou autres créatures humanoïdes. Honnête et flegmatique, il manie avec brio le sarcasme. D’une intelligence supérieure à la moyenne, il semble d’ailleurs souvent être la seule personne honnête de cet univers et fait souvent les frais de son apparente naïveté auprès de toutes les personnes sans scrupules qu’il rencontre au fil de ses aventures. Certains disent que ce personnage serait en fait l’alter-ego de l’auteur lui-même.

Même si ce roman date de 1986, il aborde pourtant des sujets bien actuels : surpopulation, risques de famines, catastrophes écologiques suite à des bouleversements de l’écosystème, cohabitation inter-espèces, traitement des animaux (d’ailleurs Haviland Tuf refuse de cuisiner ou manger de la viande) … On y trouve aussi en filigrane une critique des politiciens, qui pour se faire réélire préfèrent plaire à la population plutôt que d’écouter les experts et prendre les mesures adéquates pour préserver l’environnement – quitte à courir à la catastrophe écologique. G.R.R Martin a-t ’il seulement imaginé à l’époque que son récit résonnerait aussi fort en 2019 ?

 

Si on avait encore besoin d’une confirmation des talents d’écrivain de G.R.R. Martin, c’est chose faite !

Et vous, qu’avez-vous lu d’autre de cet auteur ?

Belle journée à vous,

Mélissa

4 commentaires sur “Le voyage de Haviland Tuf – G.R.R. Martin – *Le space-opéra version écolo*

Ajouter un commentaire

  1. J’ai déjà eu l’occasion de découvrir George Martin dans d’autres univers que le Trône de Fer, notamment en tant que nouvelliste et j’avais adoré, mais je ne connaissais pas du tout ce recueil, qui a l’air un peu loufoque tout en étant très parlant. Tu me le fais découvrir et tu me donnes très envie de le lire ! ^^

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :