Northanger Abbey – Val McDermid

Je pensais me plonger dans un roman gothique, sombre et parfaitement adapté à la saison. Et non ! Northanger Abbey n’est autre qu’une réécriture du roman du même titre de Jane Austen paru en 1817. C’est une découverte et surtout une première en ce qui me concerne, je n’ai jamais lu de réécriture jusqu’à présent.

De quoi ça parle? Cat, une adolescente passionnée par la littérature fantastique, vit dans un petit village du Dorset et se voit invitée par les voisins de sa famille à Édimbourg pour une période d’un mois. Entre les représentations théâtrales, les comédies musicales et le festival du livre, Cat commence à apprécier sa nouvelle vie et se lie d’amitié avec les Thorne et les Tilney. Henry Tilney, ce beau et mystérieux avocat ne la laisse pas indifférente et lorsqu’elle est invitée à passer quelques jours dans la maison de famille de ce dernier, Northanger Abbey, elle accepte promptement.

austen logo

Ce roman a été écrit dans le cadre du projet Jane Austen : The Austen Project. Plusieurs écrivains ont été sollicités pour reprendre les œuvres de Jane Austen et de créer une composition originale.

La littérature est au cœur de ce roman, on comprend bien que c’est avant tout un éloge du roman et de la littérature en générale. Il n’est pas rare de voir le personnage de Cat un livre en main, de parler de livres, du fantastique, des vampires, ou de fureter dans les librairies du Festival du livre d’Édimbourg. Jane Austen elle-même est très présente dans cette réécriture de par ses différentes œuvres qui sont mentionnées mais également les réécritures déjà existantes de ses œuvres, notamment Orgueil et Préjugés et Zombies. Tout dans ce roman nous mène vers les différentes œuvres de Jane Austen, on nous pousse indirectement à aller découvrir cette auteure qui est devenue un classique britannique incontournable à présent. Ces incessantes références à Jane Austen peuvent paraître incongrues à certains moments et aussi trop nombreuses au fil des pages. Néanmoins, on s’habitue vite à ce débordement d’enthousiasme pour Austen et le gothic novel.

– C’était quoi ça ? demanda Bella. Elle se prend pour un personnage d’Orgueil et Préjugés ou quoi?

En parlant de gothic novel, Val McDermid remplace les romans gothiques que l’héroïne d’Austen affectionne particulièrement par des romans fantastiques qui font appelle aux vampires, loups-garou et autres créatures du genre. D’ailleurs, elle n’hésite pas à mentionner la saga Twilight à multiples reprises. Cat Morland, cette ingénue qui voit le côté positif de chaque personne qu’elle rencontre a tendance à vouloir déceler l’invisible, les fantômes, les vampires (elle accuse même Henry Tilney d’être un vampire…). C’est un personnage compliqué à apprécier, on lui donnerait volontiers quelques gifles pour qu’elle ouvre enfin les yeux sur le monde qui l’entoure. Heureusement, peu à peu, elle va mûrir et comprendre que le monde n’est pas une fiction et que les personnes mauvaises existent bel et bien !

Le style de Val McDermid m’a paru assez étrange dès les premières lignes. En commençant ma lecture je m’attendais à me retrouver dans une époque lointaine qui ressemblait fort au 18ème ou 19ème siècle. Mais quelques pages suivantes on nous lance du Twitter, Facebook, Selfie et compagnie, c’est assez dérangeant. L’auteure a été capable de garder l’atmosphère de l’oeuvre originale tout en y ajoutant quelques touches du 21ème siècle. Sans ces indices laissés çà et là, il aurait été impossible de comprendre que nous n’étions pas dans un récit qui se déroulait au 18ème siècle.

Un livre est le seul moyen par lequel l’homme peut s’améliorer.

Cette version moderne de Northanger Abbey a pour but de rendre la littérature classique plus attractive et elle permet également de faire revivre des auteurs classiques à une époque où l’imaginaire perd peu à peu du terrain face au nouvelles technologies. C’est un roman assez facile à lire qui montre par bien des aspects que la littérature classique à son rôle à jouer dans l’éducation moderne. C’est un exercice de style très bien maîtrisé mais Val McDermid est au sommet de son art dans un genre tout à fait différent : le roman policier. Je vous conseille d’ailleurs la série Tony Hill & Carol Jordan qui est merveilleusement bien écrite !

Judith

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :