Animae Symphonia – Nicolas Bonin

Hello ! Aujourd’hui je vous présente le roman Animae Symphonia, écrit par Nicolas Bonin et publié en novembre dernier via la plateforme Stories by Fyctia.

Qu’on se le dise, étant ma 1e lecture d’un auteur autoédité, j’avais un peu peur de mal tomber. Mais le résumé était intéressant et le sujet original – c’est pourquoi je n’ai pas hésité très longtemps avant d’accepter ce Service Presse proposé par l’auteur, que je remercie au passage pour l’envoi de cet e-book. Et je vous rassure tout de suite, après l’avoir fini je ne regrette pas mon choix !

Malgré sa transformation, il lui reste suffisamment de lucidité pour se souvenir qu’il doit attaquer en me voyant. Le violoniste maigre est surpris et reçoit le loup-garou de plein fouet. Son camarade cesse d’attaquer Jean pour se retourner contre Lulu. À moi de jouer. Je mets toute ma rage dans le morceau que je joue.

– I see a red door and I want to paint it black !

Ça marche ! Comme pour les anguipèdes, ma colère se matérialise et heurte les violonistes de plein fouet. Pour que ce morceau fonctionne, il faut que je haïsse mes cibles. L’un d’eux se redresse pour tenter de contrer mes notes en créant une bulle de silence autour de moi, mais les attaques de Lulu le gênent. Jean comprend alors la situation et charge à son tour.

De quoi ça parle ?

Stéphane Bardos, jeune lycéen, aimerait bien maîtriser un peu mieux la guitare pour pouvoir impressionner les filles (enfin surtout LA fille, Yseult). Mais au lycée de Montgimel, une guerre de pouvoir se joue entre les différents groupes et styles de musiques, pour pouvoir jouer à la fête du lycée, et clairement il n’est pas le plus talentueux des musiciens – puis le métal n’est pas le style le plus apprécié. Un soir, il découvre par hasard une mystérieuse guitare qui l’emmène dans un monde parallèle où la magie règne. De retour dans notre monde, il se rend compte que quelque chose ne va pas : des animae – un double animal que chacun d’entre nous possède dans ce monde parallèle – ont franchi par erreur le portail entre les deux mondes et se trouvent désormais coincé au lycée de Montgimel, menaçant par la même occasion la vie de leur double humain. Stéphane va alors se rendre compte que la musique possède des vertus magiques…

Mon avis

La première chose qu’on remarque en débutant la lecture, c’est que l’auteur est un grand fan de musique, et particulièrement de rock et de métal. Probablement musicien lui-même, car il semble bien connaitre l’univers des groupes. Il rend hommage à cette musique au travers de ce roman. D’ailleurs, une des particularités de ce livre que j’ai apprécié, est d’avoir nommé les différents chapitres avec des titres de chansons. La musique est vraiment omniprésente, entre les cours et les répétitions de musiques, l’organisation de concerts, les paroles de chansons… C’est un livre de passionné.

Une chose ne fait pas l’ombre d’un doute, l’auteur situe l’histoire à l’époque de ses propres années lycées – confirmé par la date mentionné une fois, « 1993 ». L’atmosphère de l’époque est bien reproduite dans le décor, dans le choix des chansons évoquées, dans le déroulement de la vie lycéenne et des adolescents (par exemple devoir appeler la personne qui nous plait sur le téléphone fixe de la maison, et tomber sur ses parents).

 

Toutefois, le récit est par moment un peu confus, notamment avec les fausses pistes concernant certains personnages qui brouillent la compréhension, sans toutefois apporter vraiment quelque chose au récit. Il y a trop de revirements de situations, parfois plusieurs pour un seul et même personnage.

J’ai aussi trouvé qu’il y avait quelques longueurs entre la fin de la mise en place et la résolution de l’intrigue. La mise en place est très rapide au début, on est plongé dans l’univers en quelques pages (ce qui est une bonne chose), mais ensuite cela tire en longueur. Certains événements sont trop répétitifs, notamment avec les animae à sauver (presque toujours le même schéma : il faut trouver quel humain se cache derrière l’animae, puis quelle chanson va le libérer, puis le libérer). On aurait pu raccourcir ou ellipser une partie de ces intrigues répétitives pour dynamiser le récit. Pour autant la lecture en reste agréable.

Alors si vous aimez la musique et particulièrement tout ce qui est rock/métal, vous allez apprécier ce roman qui lui rend hommage, tout en y mêlant du fantastique. C’est vraiment cet aspect qui m’a plu dans cette histoire. Vous allez aussi pouvoir faire un petit voyage dans le temps en vous replongeant dans l’univers d’un lycée dans les années 90… qu’attendez-vous ?

Belle journée à vous toutes et tous,

Mélissa

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :