Les Cités des Anciens (intégrale 2) – Robin Hobb

Hello ! J’espère que vous allez bien chers lecteurs et lectrices. Aujourd’hui, suite et fin de l’aventure avec ce 2ème tome de l’intégrale de Les Cités des Anciens de Robin Hobb, publié chez Pygmalion et J’ai lu pour la version poche que je vous présente ici. Cette intégrale regroupe les tomes 3 et 4 de la V.O., et les tomes 5 à 8 de la V.F. (Les gardiens des souvenirs ; Les pillards ; Le vol des dragons ; Le puits d’Argent).

Retrouvez mon avis sur le tome 1 de l’intégrale ici.

Attention : Les Cités des Anciens se situe après Les Aventuriers de la Mer ainsi que L’Assassin Royal (1e époque). A vos risques et périls si vous lisez cet article sans les avoir lu, vous risqueriez de vous spoiler quelques éléments.

Pour un avis global sur cette saga, sans spoiler, passez directement à la fin de l’article 😉

— Les Anciens se donnaient corps et âme à leur magie et à leurs dragons ; tout ce qu’ils bâtissaient, tout ce qu’ils créaient, ce n’était non pas pour eux-mêmes mais pour les dragons qui les dominaient.
— Qui les dominaient ? Les dragons les dominaient ?
L’image que la formule faisait naître dans son esprit ne lui plaisait pas.
— Ce n’est pas le mot exact. Dente te domine-t-elle ?
— Bien sûr que non !
— Et pourtant, tu passes tes journées à chasser pour elle, à l’étriller et à prendre soin d’elle.
— Parce que j’en ai envie.
Alise sourit.
— C’est pourquoi « dominer » n’est pas le bon terme. Charmer ? Ensorceler ? J’ignore comment l’exprimer, mais tu sais de quoi je parle. Si ces dragons se reproduisent et se multiplient, ils gouverneront inévitablement le monde à leur profit.
— Mais ce serait de l’égoïsme !
— Tu trouves ? N’est-ce pas ainsi qu’agissent les humains depuis des générations ? Nous nous approprions la terre et l’utilisons à notre usage ; nous modifions le cours des rivière et la face du monde pour pouvoir nous déplacer en bateau, faire pousser des plantes ou paître du bétail. Et nous jugeons tout naturel de remodeler tout notre environnement pour le rendre confortable aux hommes. Pourquoi les dragons percevraient-ils le monde différemment ?
Tatou garda le silence.

Résumé :

Les dragons et leurs gardiens sont arrivés à Kelsingra, vont-ils découvrir les secrets que renferme cette mythique cité jadis bâtie par les Anciens ? Réussiront-ils à la sauvegarder des pillards une fois que la nouvelle de sa découverte sera connue de tous ? En parallèle, la grossesse des Anciens Malta et son mari Reyn a tenu jusque là, mais l’enfant sera-t’il viable alors que ses parents ont été grandement changés physiquement par leur dragonne Tintaglia ? Réussiront-ils à échapper au complot qui se trame depuis Chalcède ? Et qu’est-il advenu de son frère Selden, dont les Vestrit et les Khuprus n’ont plus de nouvelles depuis de longs mois ?

 

Mon avis :

 J’ai préféré cette seconde partie de la saga. Le contenu est plus intéressant car on rentre dans le vif du sujet : la découverte de Kelsingra, et par la même occasion de nombreux secrets sur les Anciens et leur mode de vie. On continue à voir les dragons évoluer pour devenir les créatures majestueuses de jadis. Leurs relations avec les gardiens prend aussi une nouvelle tournure avec l’établissement de cette colonie. De plus au fil des pages, s’approchant du dénouement final, cette 2ème intégrale est logiquement emplie de découvertes et révélations.

On a aussi la joie de retrouver des personnages de Les Aventuriers de la Mer, qui prennent plus d’importance dans cette partie (même si on les avait déjà rencontré brièvement dans l’intégrale 1), et notamment avec les personnages de Malta, Reyn et Selden, mais aussi de la dragonne Tintaglia que l’on retrouve avec joie (même si elle a toujours son sale caractère de reine) et son compagnon Glasfeu.

Certaines intrigues de la 1ère partie continuent, avec  notamment les Chalcédiens qui mettent tout en place pour obtenir de la chair ou du sang de dragon, et complotent avec certains marchands du Désert des pluies, prêts à tous pour de l’argent et des accords commerciaux. Cette menace pèse de plus en plus sur les personnages que l’on suit, et va venir apporter de l’action supplémentaire pour rythmer le récit.

La fin a été un peu trop mielleuse et classique pour moi, et surtout très manichéenne (les gentils sont récompensés et les méchants punis). Pourtant dans l’ensemble de la saga ce n’est pas aussi simpliste, les personnages prennent assez chers par moment (entre mariages forcés, agressions, rapts, viols, tortures, fausses couches, etc… ). Peut-être que ce final est là pour adoucir les malheurs précédents. Malheureusement je trouve cela pas trop réaliste. Mais c’est un goût personnel, je sais que certaines personnes adorent les happy-end. Personnellement je préfère quand c’est un peu plus nuancé.

Dans la continuité du tome 1, c’est un roman qui donne toujours la part belle aux minorités : femmes, homosexuels, handicaps. Dans ce tome-là, il est plutôt question d’émancipation et de prise de confiance. Ces minorités parviennent à s’affirmer et à s’accepter. Même si tout n’est pas noir et blanc : on a par exemple vent de discriminations entre minorités (les anciens esclaves qui rejettent les gens très marqués par le Désert des pluies). On peut y voir en filigrane une critique du communautarisme, qui pour l’auteure est un terreau fertile pour la xénophobie et les discriminations.

N’oublions pas la romance qui à une part belle dans cette saga, puisque l’on suit de nombreux couples et d’histoires de coeur. Mais heureusement cela n’est pas trop fleur bleue (je ne suis pas fan de romance de base) et ces histoires sont bien intégrées à l’intrigue générale. C’est donc une belle combinaison dans un même roman, à la fois d’aventure, de fantasy, de dragons, d’intrigues et de trahisons, de combats et de romance.

 

Mon avis général sur cette saga

Le talent de conteuse de Robin Hobb est toujours au rendez-vous dans cette saga, même si les thèmes m’ont un peu moins intéressés que dans les autres romans que j’ai pu lire d’elle (un peu trop axé romance pour moi). Toutefois d’un point de vue féministe et anti-discriminatoire, il est extrêmement riche et fait la part-belle aux femmes. Globalement on ne s’ennuie pas et on dévore bien vite cette intégrale qui en cumulé fait tout de même 2257 pages en édition poche. C’est toujours un plaisir de retrouver d’anciens personnages, d’explorer des lieux qui n’étaient qu’entraperçu précédemment, mais surtout de côtoyer beaucoup plus ces créatures mythiques et majestueuses que sont les dragons. De par cette saga, l’auteure étend un peu plus son univers et la création d’une mythologie à part entière, aspect que j’aime énormément en fantasy. Même si cette saga n’est pas ma préférée de cet univers, elle n’en reste pas moins une lecture que je recommande à tout aficionado de Robin Hobb, de L’Assassin Royal et encore plus de Les Aventuriers de la Mer.

 


Les-cites-des-anciensTitre : Les Cités des Anciens – L’intégrale 2

Auteur : Robin Hobb

Éditeur : J’ai Lu

Nombre de pages : 1109 pages

Prix : 18,90€

Date de sortie : 2018

ISBN : 978-2290155394

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :