Après le bois de hêtres – Armand Bulwa

En ce début d’année, il y a déjà beaucoup de publications sur la Seconde Guerre Mondiale et plus particulièrement sur la Shoah. Quelle ne fut pas ma surprise en feuilletant le catalogue du premier trimestre des éditions Archipel d’y découvrir Après le bois de hêtres d’Armand Bulwa !

De quoi ça parle? Après le bois de hêtres sont les mémoires d’un ancien déporté de Buchenwald, l’auteur lui-même. Armand Bulwa, qui se nommait alors Aron, a vécu les ghettos de Pologne, les wagons à bestiaux mais aussi les camps de concentration et la perte d’êtres chers.

Le début du roman nous emporte en 1993 lors de la commémoration de la libération des camps en Pologne. L’auteur nous emmène auprès des lieux et des monuments polonais qui n’existent plus ou dont les ruines pointent encore timidement. Ce voyage fut initié par le fils de l’auteur qui voulait comprendre et connaître l’histoire de son père. Armand Bulwa décide de l’accompagner et invite également un ancien camarade et sa famille pour ce périple. Les souvenirs, les odeurs et les peurs remontent rapidement à la surface et c’est à partir de ces émotions que commencent l’histoire d’Armand Bulwa.

1939, le quartier juif de Pologne où vivent les Bulwa est transformé en ghetto comme un peu partout en Pologne à cette même période. L’auteur alors âgé de onze ans va voir sa vie changer radicalement. Les gardes allemands frappent les habitants du ghetto sans aucune raison – hommes, femmes ou enfants, ils ne font plus aucune distinction. Les Polonais qui ont « la chance » de vivre en-dehors de cette prison boueuse se délectent des violences faite aux Juifs, l’espoir n’est plus permis. Le seul moyen pour Armand d’échapper à cette violence est le travail forcé dans une usine non loin de là, lui et son père ont été choisis et cela leur sauvera la vie.

La décision est prise, le gouvernement allemand veut s’occuper définitivement du « problème juif ». Les ghettos sont fermés, les faibles sont fusillés et les autres sont envoyés dans les différents camps qui se trouvent en Pologne. Armand fait partie de ces personnes, il sera envoyé au camp de Buchenwald.

J’avais donc bientôt onze ans, le 1er septembre 1939, quand les Allemands, avec la bénédiction de Staline, ont déclenché leur guerre éclair – le fameux Blitzkrieg- et la Seconde Guerre mondiale par la même occasion. L’opération n’a laissé aucune chance à l’armée polonaise : le pays fut occupé en l’espace de quatre semaines par l’Allemagne et l’URSS, et Varsovie tomba le 28 septembre. Les persécutions ont commencés tout de suite : des Juifs étaient arrêtés sans explication pour être envoyés au travail forcé, ou fusillés sans autre forme de procès. Très vite, la Wehrmacht a décidé de créer à Piotrkow, dans ma ville natale, le premier ghetto juif de Pologne. Le décret fut signé le 8 octobre 1939 et je n’ai jamais oublié cette date qui marque pour moi le début de l’enchaînement fatidique au cours duquel je devais tout perdre – tout, sauf la vie.

C’est un texte très bien écrit mais je crois que dans ce genre de littérature le style importe peu. C’est avant tout le message qui est important. Armand Bulwa jusque tard dans sa vie n’a pas éprouvé l’envie de parler des camps, du ghetto et de la mort, mais certains événements l’ont poussé à prendre la parole et c’est notre devoir de lire ce qu’il a à nous raconter.

Contrairement à d’autres livres qui traitent de la même période, « l’après camps » prend énormément de place dans notre lecture. L’auteur ne s’arrête pas uniquement à la Libération et il nous parle de ses difficultés à s’intégrer dans une société nouvelle, en tant que jeune homme orphelin. Il est pris en charge en France par une organisation qui s’occupe des enfants, il est ensuite envoyé dans une famille pour apprendre un métier. Un nouveau pays, une nouvelle langue, un aspect physique famélique, on comprend bien qu’après la Libération le combat pour survivre n’est pas terminé.

Ce sont des mémoires dont je recommande la lecture pour ceux qui seraient intéressés par cette période de l’Histoire. C’est un récit très détaillé, avec des documents à l’appui, qui nous permet de comprendre un peu mieux ce qu’il se passait en Pologne à partir de 1939.

Bonne lecture !

Judith


bulwa pTitre : Après le bois de hêtres

Auteur : Armand Bulwa

Maison d’édition : L’Archipel

Nombre de pages : 169 pages

Prix : 18 €

ISBN : 97828-098277-67

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :