Le Chevalier Noir et la Dame Blanche : La Danse du loup – Hugues de Queyssac

Cette semaine je me suis lancée dans une 𝖘𝖆𝖈𝖗𝖊́𝖊 𝖑𝖊𝖈𝖙𝖚𝖗𝖊 ! J’ai pu découvrir grâce à l’opération Masse Critique de Babelio La Danse du loup : Le Chevalier Noir et la Dame Blanche de Hugues de Queyssac. Un grand merci à Évidence éditions pour leur participation !  Lorsque j’ai reçu ce livre, je ne savais pas trop à quoi m’attendre et comme vous le verrez, j’ai un peu du mal à trancher. Est-ce que j’ai adoré ? C’est une question à laquelle je vais essayer de répondre.


Résumé de l’éditeur

Hiver de l’an de grâce 1345.

Bertrand Brachet de Born, premier écuyer du baron de Beynac, fit un songe hallucinant de vérité Il entrevit une fée d’une beauté inoubliable. Convaincu de son existence, il partit avec fougue à sa recherche.

Dans son immense naïveté, il rêvait d’amour, de courtoisie, de bravoure et d’esprit chevaleresque. Mais sa quête se heurtera à une conspiration du silence, et son parcours sera jalonné de félonie, de crimes, de traîtrise et de sang.

Le sang de pauvres et de nobles !


 

𝕺𝖞𝖊𝖟 ! 𝕺𝖞𝖊𝖟 ! 𝕭𝖗𝖆𝖛𝖊𝖘 𝖌𝖊𝖓𝖘 !

La littérature médiévale est un genre que j’apprécie beaucoup même si il est vrai que j’en ai lu très peu ces deux dernières années. En lisant le résumé je me suis immédiatement dit que ce serait le livre parfait pour renouer avec le genre. L’auteur, Hugues de Queyssac, n’a pas lambiné ! Tout  y est ! De la quête à l’enquête, la fée mystérieuse, les actes de bravoures, la chevalerie et même l’amour courtois ! C’est une intrigue extrêmement bien ficelée et c’est avec plaisir que l’on retrouve toutes les caractéristiques de ce genre littéraire. La langue qu’utilise l’auteur est également placée sous le signe de l’ancien français. Le résultat est garanti, nous sommes dépaysé dès les premières pages et sommes plongés dans le passé sans grand effort. Chaque chapitre est précédé par un écrit authentique de l’époque, on retrouve donc Chrétien de Troyes ou encore les Chroniques de Joinville et cela nous donne un goût de réalisme. On a comme l’impression d’avoir entre les mains un manuscrit datant du 14ème siècle et qui n’attend que nous, lecteurs, pour se plonger dans ces récits chevaleresques.

Il n’y a pas énormément de personnages dans ce récit et je trouve que c’est une juste mesure. Les événements s’enchaînent à un tel rythme qu’une multitude de personnages aurait gâché l’intrigue. Nous suivons principalement le jeune écuyer Bertrand Brachet de Born (notons cette magnifique allitération !) et ses aventures au sein du domaine du Baron de Beynac (pour commencer…). On se prend rapidement d’affection pour cet idiot au cœur pur qui court après une chimère tout le long de sa quête. C’est Bertrand qui raconte et c’est un personnage exceptionnellement drôle, on passe de bons moments en sa compagnie.

Flanquée de puissantes tours percées chacune de hautes archères, cette entrée de la bastide portait bien son nom. En fait, un véritable châtelet. Deux latrines formant bretèches délimitaient cet imposant bastion. Elles inspirèrent incontinent à mon compain René, une forte envie d’oriner.

– René, lâche-toi, à la parfin ! Déchausse et orine un bon coup  ! Aurais-tu la chaude-pisse?

-Que nenni messire, j’ai envie d’oriner par un aut’trou !

-Un autre trou ?

-Oui, messire Bertrand, par l’trou d’derrière ! L’trou du cul !

René parlait peu, mais cru.

-Ah ? Dans ce cas, serre les muscles ! Nous n’avons point encore été invité à franchir les murs : lui répondis-je en lorgnant du côté des commodités.

-Messire, faites vite ! J’tiens plus ! J’ai la colique !

-Soulage tes boyaux hors les murs ! Chie ici ou là !

 

À mi-chemin entre l’enquête policière (Bertrand étant notre Columbo chevaleresque) et le carnet de voyage lié à plusieurs quêtes secondaires, on ne sait pas vraiment comment décrire ce roman. Une chose est sûre, on apprécie les rebondissements, l’action et la naïveté de certains personnages qui nous fait bien rire. La singularité de ce livre c’est avant tout la chronologie et c’est quelque chose qui m’a tout d’abord dérouté. Notre lecture est bercée entre les faits héroïques passés de grandes figures de l’Histoire, la quête principale de Bertrand (qui nous ramène dans le présent) et des explications méticuleuses sur des faits qui précèdent le présent de narration. Pas évident de jongler entre ces récits lorsque l’on ne s’y attend pas ! Arrivé en fin de lecture, on se dit finalement que ces sauts dans le temps n’étaient pas si terribles et que cela donne du peps à notre lecture.

D’une manière générale, j’ai apprécié ma lecture mais le dénouement me laisse un peu perplexe. Bien sûr, ce n’est que le tome 1 et je sais bien qu’on a rarement les réponses à nos questions si rapidement, mais ici, nous n’avons pas même une petite piste sur les événements à venir et c’est assez frustrant. Je ne me lancerai pas dans le seconde tome de si tôt, il s’agit quand même d’une lecture qu’il faut digérer et apprécier. Néanmoins, je pense que je me laisserai tenter !

Bonne lecture à tous !

Judith


danse du loupTitre : Le Chevalier Noir et la Dame Banche : La Danse du loup (tome 1)

Auteur : Hugues de Queyssac

Maison d’édition : Évidence éditions

Nombre de pages : 408 pages

Prix : 18,99 €

ISBN : 97910-348123-49

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :