Sombres Cités Souterraines – Lisa Goldstein

Hello ! J’espère que vous allez toujours bien malgré ces longues semaines de confinement. J’ai pour ma part enfin pu commencer le télétravail, il va donc sans dire que mes journées sont désormais bien occupées ! Aujourd’hui je vous parle d’un roman qui a gagné le prix Imaginales 2018 (catégorie roman étranger), ce qui m’a incité à le lire, sans trop savoir de quoi il parlait. Il s’agit de Sombres Cités Souterraines de Lisa Goldstein, publié aux éditions Les Moutons électriques. Un roman traduit sur le tard en Français, puisqu’il est seulement parut en 2017 dans l’hexagone, alors qu’il a été publié dès 1999 aux États-Unis. Il s’agit d’un roman de fantasy urbaine, genre que j’ai très peu exploré jusqu’à présent, mais qui m’intrigue beaucoup – j’ai donc été ravie de me plonger dans ce livre !

Je crois que votre mère avait raison – je crois que vous lui avez vraiment raconté ces histoires – mais à présent, je me demande si vous avez été le seul. Il y a une tradition d’adultes qui inventent des histoires pour les enfants, mais peut-être… Peut-être qu’ils ont tous débuté comme votre mère a commencé ses livres, peut-être que c’était en fait les enfants qui ont raconté ces histoires aux adultes. Le point de vue établi veut que Lewis Caroll – Charles Dodgson – ait inventé ses histoires pour Alice et ses sœurs, et que J.M. Barrie ait conté ses récits à cinq jeunes frères, dont l’un se prénommait Peter. Mais si ça s’était passé dans l’autre sens ? Si différents enfants, à différentes époques, étaient tombés par hasard sur cet endroit – ce Monde en Bas – et avaient essayé de l’expliquer à un adulte ?

 

Résumé de l’éditeur :

Et si tout était vrai ?

Dans son enfance, Jerry avait été pris par sa mère comme modèle pour le héros d’une série d’aventures magiques. Reclus, le vieil homme a été retrouvé par une jeune journaliste, Ruthie, bien décidée a obtenir une interview. Ensemble, ils vont découvrir que la réalité ressemble étrangement à la fiction. Dans les souterrains du métro de la ville, d’anciens mythes rôdent et des dimensions différentes sont reliées.

Autrice majeure de fantasy, l’Américaine Lisa Goldstein explore l’envers trouble des imaginaires merveilleux, dans une fantasy urbaine menée tambour battant, où s’incarnent des destins semblables à ceux de la vraie Alice ou des enfants auxquels Peter Pan fut raconté. La ville est magique mais les mythes ne sont pas sans dangers.

 

Mon avis :

Je me suis lancée à l’aveugle dans la lecture de ce roman, sans même prendre le temps de lire la quatrième de couverture. J’en avais entendu beaucoup de bien, je savais qu’il avait gagné les Imaginales, un prix que je considère comme une valeur sûre, alors j’ai voulu me laisser la surprise !

Comme annoncé plus haut, on est dans de la fantasy urbaine (une histoire qui se déroule principalement dans les couloirs du métro), mais avec un fort penchant pour le merveilleux. Et c’est ça qui confère beaucoup de charme à cette histoire. Quel plaisir de découvrir ce postulat original : que les classiques de notre enfance seraient en fait inspirés d’une même réalité, accessible de base uniquement aux enfants, qui tomberaient un peu par hasard sur ce monde caché. J’ai tout de suite accroché à cette idée !

On se fait très vite happer dans l’histoire, et on a envie de comprendre ce qui se trame, de découvrir ce qui s’est réellement passé dans l’enfance de Jerry, puisque lui-même n’en a gardé aucun souvenir. De nombreux rebondissements ponctuent l’histoire pour nous tenir en haleine et nous donner envie de rapidement terminer notre lecture.

J’ai toutefois été un peu déçue par la « réalité » de ce monde caché. Pendant de longues pages, la tension et l’intrigue montent en puissance avec les évocations de ce monde parallèle, qui au final n’est qu’entrevu. Il y a certes plusieurs scènes qui s’y passent, mais très peu de descriptions sont là pour nous aider à visualiser ce monde inventé par l’auteure, si bien que j’ai eu du mal à me projeter pour plusieurs passages. Or, c’est pour moi un point essentiel dans un roman (et encore plus en SFF), j’ai besoin d’avoir assez d’éléments pour me projeter ce monde dans ma tête, pour réellement arriver à y croire.

Cependant la plume de l’auteure est très fluide et agréable à lire. Malgré le point négatif évoqué à l’instant, j’ai passé un très bon moment de lecture et je vous recommande ce roman. Une idée de départ originale qui est bien développé par la suite et en fait un divertissement efficace. Cela me donne envie de lire plus de fantasy urbaine, c’est certain !

À très vite pour une nouvelle chronique,

Mélissa


Sombres-cites-souterrainesTitre : Sombres Cités Souterraines

Auteure : Lisa Goldstein

Editeur : Les Moutons électriques – Hélios (poche)

Nombre de pages : 384 pages

Prix : 9,90€

Date de sortie : 2017 (2019 en poche)

ISBN : 978-2-36183-561-3

Un commentaire sur “Sombres Cités Souterraines – Lisa Goldstein

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :