Le loup des Cordeliers – Henri Loevenbruck

Hello ! J’espère que vous allez bien ! Aujourd’hui on se retrouve pour parler d’un polar historique ayant pour cadre Paris au moment de la Révolution Française, avec Le loup des Cordeliers de Henri Loevenbruck, publié chez XO éditions. C’est le 1er roman que je lis de cet auteur, déjà conseillé par plusieurs amies ( dont Judith, qui a d’ailleurs chroniqué sa trilogie La Moira ). Quand on m’a proposé de me prêter ce roman, je n’ai donc pas hésité à accepter, cela me permettait au passage de lire un peu autre chose que de la S-F. Et je n’ai vraiment pas été déçue par ma lecture 🙂

— Ah oui ? Et c’est quoi, un « journalisme d’un genre nouveau » ? s’amusa le libraire.

— Eh bien, j’appellerais ça… le journalisme d’enquête !

— Dame ! Qu’est-ce que c’est que cette faribole, nom d’un tonnerre ?

— J’entends me dispenser de l’éloge comme du blâme, pour chercher l’unique vérité, la livrer au plus grand nombre, même quand elle dérange, car j’ai pour conviction que la vérité seule peut libérer les hommes. Au nom de la liberté de la presse – que j’appelle pourtant de mes vœux – on voit se multiplier les calomnies, les fausses nouvelles, qui sont répétées  à l’envi aux quatre coins de la capitale, et ce qui devrait être un outil de lumière, ce qui devrait permettre aux lecteurs de s’éclairer risque de devenir une arme terrible de propagande et d’obscurantisme. Si la presse veut être libre, au sens noble du terme, elle doit s’armer d’une éthique et d’une méthodologie.

  Le regard de Momoro fit des allers et retours entre Danton et Desmoulins, comme pour leur demander si ce jeune homme était vraiment sérieux.

 

Résumé de l’éditeur :

Mai 1789, un vent de révolte souffle sur Paris.
Gabriel Joly, jeune provincial ambitieux, monte à la capitale où il rêve de devenir le plus grand journaliste de son temps. un enquêteur déterminé à faire la lumière sur les mystères de cette période tourmentée.
Son premier défi : démasquer le Loup des Cordeliers, cet étrange justicier qui tient un loup en laisse et, la nuit, commet de sanglants assassinats pour protéger des femmes dans les rues de Paris…
Les investigations de Gabriel Joly le conduisent alors sur la route des grands acteurs de la Révolution qui commence : Danton, Desmoulins, Mirabeau, Robespierre, personnages dont on découvre l’ambition, le caractère, les plans secrets.
Alors que, le 14 juillet, un homme s’échappe discrètement de la Bastille, Gabriel Joly va-t-il découvrir l’identité véritable du Loup des Cordeliers, et mettre au jour l’un des plus grands complots de la Révolution française ?

UN ENQUÊTEUR REDOUTABLE
Une fresque magistrale des premiers jours de la révolution

 

Mon avis :

Que dire ? J’ai eu un vrai coup de cœur pour la plume de l’auteur, et me suis délectée de cette lecture. J’avais hâte tous les soirs de savoir que j’allais enfin pouvoir me plonger dedans et continuer de suivre les aventures de Gabriel.

C’est typiquement le style d’écriture que je trouve parfait, vraiment ! C’est fluide, les personnages sont caractérisés juste comme il faut : on se les imagine très bien tout en évitant des descriptions trop lourdes, et on s’attache rapidement à eux. Idem pour les décors : on se retrouve projeté dans le Paris du XVIIIème siècle.  On a l’impression de faire un voyage dans le temps, de sentir les odeurs dans les rues, de s’imprégner de l’atmosphère, etc… Quant à la langue,  elle n’est pas trop simple, ni trop clichée, l’auteur utilise souvent un vocabulaire spécifique mais c’est amené d’une telle façon qu’on comprend tout –  c’est donc un vrai plaisir à lire.

On comprend assez vite que Loevenbruck a fait un gros travail de recherches et de documentation pour créer cette atmosphère qui semble si juste (et cela se confirme avec la bibliographie indiquée à la fin du roman). De plus l’auteur précise avant le début du récit quels personnages ont été inventés ou romancés, même si pour la majorité des personnages historiques que l’on croise, il a essayé de rester fidèle aux événements et aux faits réels.

L’histoire en elle-même est passionnante. On suit les pas de Gabriel, qui veut se lancer dans le journalisme d’enquête. Dans la suite de ses pas, on espère découvrir qui se cache derrière le loup des Cordeliers, mais aussi quelles sont les motivations de ce justicier masqué. Des « méchants » mystérieux viendront aussi jalonner cette enquête, lui donnant encore plus de piquant.

Même si ce roman a pour personnage principal un jeune homme, le récit fait la part belle aux femmes. Notamment avec le personnage d’Anne-Josèphe Terwagne, féministe avant l’heure, qui veut sa place dans la Révolution, et sait se battre (au sabre) pour se faire respecter. Mais aussi avec ce héros masqué qu’est le loup des Cordeliers, qui vient en aide aux femmes qui se font agresser ou importuner. J’ai apprécié que les différents personnages féminins soient plutôt éloignés des clichés, on pourrait presque dire que ce roman a un penchant féministe.

Par contre, je dois maintenant aborder un point  important, qui peut surprendre et décevoir quand on referme le livre si l’on a pas été averti au préalable (heureusement j’avais été prévenu par une chronique sur Babelio il me semble) : c’est le 1er livre d’une série (combien de tome ? aucune idée). En effet, le livre se referme sur « À SUIVRE », alors qu’il est impossible pour le lecteur de savoir que ce n’est pas un oneshot en prenant ce livre en main ! Je l’ai tourné dans tous les sens et bien vérifié… Cela peut donc être très frustrant si on est pas prévenu, car c’est un polar. On a tout de même un certain nombre de révélations avant la fin, je vous rassure ; mais on a très hâte que la suite paraisse pour la dévorer elle aussi et avoir le fin mot des autres mystères qui gravitent autour de cette enquête sur le loup des Cordeliers. Je n’ai pas trouvé la mention d’une date sur internet pour cette suite.

C’était la première fois que je lisais un polar historique (ou alors pas depuis très très longtemps), mais j’ai vraiment accroché à ce style, je prenais le bouquin en main dès que je pouvais pour avancer dans ma lecture. C’est un coup de cœur pour cet auteur – et il en manque très peu pour que ce soit un coup de cœur histoire, peut-être justement car le genre sort de mes sentiers habituels. Mais une chose est sûre, je vais lire d’autres romans de cet auteur !!! À commencer par La Moira, qui est déjà dans ma PAL.

Si vous aimez les polars historiques, vous devriez adorer ce roman – et même si comme moi, vous n’y êtes pas habitué, je vous le recommande totalement. Car dans tous les cas, au minimum vous passerez un très bon moment et découvrirez peut-être par la même occasion cet auteur pour la première fois.

 

À très vite pour une nouvelle chronique,

Mélissa


Le-Loup-des-CordeliersTitre : Le loup des Cordeliers

Auteure : Henri Loevenbruck

Editeur : XO éditions

Nombre de pages : 560 pages

Prix : 21,90€

Date de sortie : 2019

ISBN : 978-2845638754

Un commentaire sur “Le loup des Cordeliers – Henri Loevenbruck

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :