Le lambeau – Philippe Lançon

Aujourd’hui je vous présente une lecture qui diffère de ce que j’ai pu lire ces derniers mois. Une cliente au travail s’est intéressée à notre blog et est revenue quelques minutes plus tard avec ce livre dans les bras. Le lambeau de Philippe Lançon, publié aux éditions Gallimard est un récit auto-biographique qui retrace la vie du journaliste Philippe Lançon lors des attentats de Charlie Hebdo le 7 janvier 2015.

Le début du roman retrace la vie de l’auteur un jour avant l’attentat au sein de la rédaction de Charlie Hebdo. C’est avec une certaine insouciance qu’il parle de son amie Nina et de la pièce de théâtre qu’il était allé voir la veille, mais, peu à peu, Philippe Lançon prépare le lecteur au récit de l’événement qui va bouleverser son quotidien ainsi que son avenir.

Notre lecture se joue de nous sur le plan chronologique, nous suivons la vie de l’auteur à partir du 6 janvier 2015 mais il nous amène également sur le chemin du passé, bien avant l’attentat. Il nous y décrit ses rencontres, son travail, sa famille, tout cela nous dresse le portrait d’un homme qui, au moment de l’écriture de ce roman n’est plus le même. Ces allées et venues dans le temps rythment notre lecture d’une telle façon que le lecteur a cette impression d’évoluer dans un espace hors du temps.

Le chapitre 4, intitulé L’attentat est le chapitre que l’on attend avec une impatience malsaine, le lecteur n’est plus un simple lecteur mais devient une sorte de voyeur dont la curiosité qui dérange doit être assouvie. C’est un roman avec lequel on ne se presse pas, chaque chapitre se révèle difficile à encaisser. Dès lors, on prend son temps, on déglutie, réfléchit et se questionne jusqu’à ce que l’on soit rasséréné, puis on continue.

Ce passage sur l’attentat est court, l’auteur garde peu de souvenirs détaillés et c’est surtout sur les mois qui ont suivi que le roman porte. L’auteur  nous parle de lui, un « moi » qui  n’existe plus dès le 7 janvier, qui se transforme en une entité métaphysique qui se bat pour survivre à la place de Philippe Lançon. Ce qui peut étonner le lecteur c’est cette culpabilité que l’auteur ressent vis-à-vis de ses proches, par sa faute ils doivent le voir dans cet état, subir une vision qu’ils ne seraient pas prêt d’oublier. Philippe Lançon, lui s’accroche à ce qu’il peut pour ne pas sombrer, le personnel hospitalier, le rythme des opérations, les visites de sa famille et de ses amis. Bien qu’il soit entouré, la solitude le ronge, il ne se reconnaît plus autant sur le plan physique que le sur plan psychique. À travers son témoignage, le lecteur suit de près sa convalescence, son histoire et le cheminement qui va le mener vers l’espoir de la construction d’un futur.

J’écris pour me souvenir de cela aussi, de tout ce que j’ai failli oublier, de tout ce que j’ai perdu, en sachant que j’ai tout de même oublié ou perdu. Il m’était arrivé comme tout le monde de le perdre et de le retrouver brutalement, sans y être préparé, mais la continuité de la vie me protégeait de tout ce qu’il y avait de menace dans ces éclairs remémoratifs. Le 7 janvier a mis la menace au premier plan, chaque jour, chaque minute, dans chaque détail.

Le lambeau, p. 191.

C’est une lecture que je recommande, la plume de Philippe Lançon, fluide, presque poétique nous mène intelligemment au cœur du drame qu’il a vécu. Loin des médias, en complète autarcie avec l’auteur, c’est ici que débute une relation auteur/lecteur éphémère mais intense.

Judith

  • Je vous place ici, une interview de Philippe Lançon accueilli par la Librairie Kléber de Strasbourg :

lambeauTitre : Le lambeau

Auteur : Philippe Lançon

Maison d’édition : Gallimard

Nombre de pages : 510 pages

 Prix : 21 €

ISBN : 9782-072-689-07-9

Un commentaire sur “Le lambeau – Philippe Lançon

Ajouter un commentaire

  1. coucou. Vous lisez super vite !
    Vous avez très bien décrit ce livre, que je pense intéressant de relire plusieurs fois, car plusieurs domaines sont détaillés, entre autre, son immense culture qu’il nous fait partager, sans vanité, c’est juste naturel !
    Dîtes quand je peux vous retrouver à votre travail…
    Md

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :