La fille du faiseur de rois – Philippa Gregory

Je découvre Philippa Gregory cette année avec La fille du faiseur de rois publié aux éditions l’Archipel. Bien évidemment, un roman qui mêle intrigues à la cour et Histoire c’est forcément une lecture digne d’intérêt pour moi, je suis donc ravie d’avoir pu m’y plonger grâce à Mylène que je remercie vivement !

________________________________________________________________________

Résumé de l’éditeur

1471. Mariée à 14 ans, Anne Neville – la fille du comte de Warwick ,surnommé le « faiseur de rois » – perd successivement son époux et son père.

Elle ne doit son salut qu’au futur Richard III, le frère du roi, qu’elle épouse deux ans plus tard, même si elle devra pour cela affronter la puissante famille royale… dont la reine.

Cet épisode de la Guerre des Deux-Roses est ici raconté avec brio par l’une des plus talentueuses romancières du genre, qui choisit de faire parler les femmes que l’Histoire a trop souvent tendance à oublier.

________________________________________________________________________

J’avais beaucoup entendu parler de Deux sœurs pour un roi de Philippa Gregory mais je n’avais pas osé sauter le pas et en voyant dans le catalogue des éditions l’Archipel un autre de ses romans je me suis dit que c’était l’occasion rêvée pour enfin me plonger dans un roman de cette auteure. Et justement, quelle bonne surprise !

J’ai été assez étonnée d’avoir affaire à un récit à la première personne, cela m’a un peu perturbé au début de ma lecture mais rapidement on se laisse bercer par les pensées de Anne Neville qui a seulement 8 ans lors de notre rencontre avec ce personnage singulier. On s’attache facilement à cette jeune fille qui a un caractère bien trempé et qui vit une vie paisible loin de tout soucis financiers. Bien que le début du roman nous conte l’histoire d’une enfant, et de sa famille qui a des liens étroits avec la famille royale, on se place aisément dans cette famille qui a pour ambition de grimper les échelons et de mettre ses filles sur le trône d’Angleterre.

On comprend très vite que le comte de Warwick, le fameux « faiseur de roi » apprécie uniquement ses filles pour leurs mariages futurs et la position au près du roi que cela pourrait lui donner. L’auteure s’intéresse au rôle de la femme au XVème siècle et plus particulièrement à leur point de vue. La femme noble doit faire un bon mariage qui apportera à sa famille une position, des terres et des titres et bien évidemment elle doit également avoir des fils pour leur transmettre le patrimoine familiale. Philippa Gregory nous décrit cet état de fait très en détails mais laisse la voix aux femmes qui subissent cette règle sociétale. On a tout d’abord la voix d’Anne qui depuis toute petite connaît son rôle de cadette, elle devra voir sa sœur aînée épouser un prince et avec un peu de chance elle-même pourra épouser un prince étranger ou un noble affilié à la maison royale. Le rôle de chaque femme est définit selon un code bien précis et malgré cela, la vie de ces femmes est d’autant plus intéressante à suivre. On en apprend beaucoup historiquement sur la place de la femme et sur son rôle quand à l’accession au pouvoir de leurs maris. Contrairement aux idées reçues, on remarque que les femmes malgré leur peu de pouvoir légal, restent des armes politiques redoutables et que sans elles les grands noms de l’Histoire n’en seraient pas.

En plus de nous montrer la place de la femme à la cour et les relations que ces dernières entretiennent, c’est toute une épopée historique que nous révèle Philippa Gregory. La Guerre des Deux-Roses, les maisons d’York et de Lancastre se battent pour le pouvoir en Angleterre. On assiste à de grandes scènes de batailles et/ou de massacres, à un jeu grandeur nature de trône musical qui ne s’arrête jamais et surtout à plusieurs couronnements, assassinats et mariages. L’auteure nous place au cœur du conflit et nous permet de suivre les jeux de jambes des différents acteurs assoiffés de pouvoir de l’intérieur en nous confiant les peurs, les doutes et les espoirs de Anne Neville.

C’est un roman très bien écrit, l’aspect historique peut être un peu compliqué à suivre lors des premiers chapitres (Henry, Edouard et Richard sont des prénoms beaucoup trop utilisés à l’époque, on s’y perd) mais Philippa Gregory prend le lecteur par la main et l’initie facilement à son univers. La fille du faiseur de rois est un page-turner qu’il est difficile de reposer. Il va s’en dire que ce n’est pas le dernier roman de Philippa Gregory que je vais lire.

Bonne lecture à tous !

Judith

________________________________________________________________________

Titre : La fille du faiseur de rois

Auteure : Philippa Gregory

Maison d’édition : L’Archipel (archipoche)

Nombre de pages : 468 pages

Prix : 8,95 €

ISBN : 978-2-3773-5837-3

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :