Les échos du souvenir – Tamara McKinley

J’ai découvert la plume de Tamara McKinley grâce à la série  » La pension du bord de mer » publiée aux éditions l’Archipel. J’ai immédiatement eu envie d’en lire plus, c’est pourquoi je me suis lancée dans son dernier roman Les échos du souvenir.

Résumé de l’éditeur

1936. A peine arrivée à Paris, La Ville Lumière apparaît à Annabelle Blake, jeune infirmière contrainte de fuir Londres, comme la cité de tous les possibles.

Elle y fait la connaissance d’Etienne, poète en devenir, et de Henri, peintre en quête de reconnaissance. Ensemble, ils passent leurs journées à flirter et à prendre du bon temps. Mais ce Paris bohème n’est pas qu’une fête, d’autant que la guerre civile menace en Espagne…

Deux décennies plus tard, suivant les pas de sa mère, Eugénie, une artiste prometteuse, tombe amoureuse de la capitale sitôt arrivée gare de Lyon. Mais elle ne se doute pas des secrets que son séjour va faire surgir…

Le lecteur suit avec plaisir la vie d’Annabelle, cette infirmière qui doit quitter Londres au plus vite. Grâce à ce personnage, on se plonge dans la fin des années 1930 en Angleterre, en France et en Espagne. On découvre à travers un regard bien naïf et peu habitué au monde, le Paris des artistes, une atmosphère encore légère d’un pays qui se remet de la guerre.

Ce roman qui nous dépeint le parcours d’une jeune ingénue s’éloigne peu à peu de son intrigue principale pour nous mener vers un projet plus global. On nous parle des affres de la guerre et notamment de la Première Guerre Mondiale, du risque de la montée du fascisme dans certains pays mais aussi de l’intérêt de la jeune génération pour la défense de leurs droits. Habituellement, Tamara McKinley met en avant ses personnages féminins et prône avec vigueur l’égalité hommes/femmes. Ici, bien que cela soit également présent, l’auteure s’engage sur la route du militantisme social et se place du côté de ceux dont les droits ont été bafoués. C’est un roman vivant dans lequel les personnages prennent position et n’hésitent pas à affirmer leurs opinions même lorsqu’ils sont menacés.

C’est tout un décor de théâtre que nous dresse l’auteure, Tamara McKinley. Les paysages, les bruits, les odeurs, c’est un vrai régal pour nos sens. Bien qu’il y ait de la romance presque tout le long de notre lecture, ce n’est pas ce que l’on retient des Echos du souvenir.

C’est avec une plume soignée que l’auteure nous emporte dans cet univers haut en couleur dans lequel chacun y trouve son compte.

Un grand merci à Mylène des éditions l’Archipel, pas de doute je continue l’aventure avec Tamara McKinley !

Bonne lecture,

Judith

Les échos du souvenir, Tamara McKinley, éditions l’Archipel

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :