Postmortem – Patricia Cornwell

Lorsque l’on parle de thriller, le premier nom qui me vient à l’esprit c’est Patricia Cornwell. C’est la découverte de sa série « Kay Scarpetta » qui a débuté à la fin des années 1990 qui m’a donnée goût à la lecture quand j’étais plus jeune. Cette année j’ai voulu me replonger dans cette série que j’ai tant apprécié et vous faire découvrir cette auteure que j’adore.

La série « Kay Scarpetta » est certainement la plus célèbre des séries de Patricia Cornwell. Je vous conseille de lire les livres dans l’ordre de publication car au fil des enquêtes on en apprend de plus en plus sur les personnages récurrents.

Postmortem est le premier tome d’une longue série que vous allez certainement apprécier.

Résumé de l’éditeur

Richmond, Virginie. Quatre femmes ont été torturées, violées, égorgées. Une femme noire et trois blanches. Rien, pas le moindre indice ne les relie entre elles, si ce n’est précisément l’assassin. Le docteur Scarpetta s’acharne à traquer le tueur en série. Il est intelligent, rusé et ne semble commettre aucune faute qui pourrait mettre les enquêteurs sur la voie. Elle sait qu’il n’arrêtera pas. Si elle ne trouve pas très vite une piste pour remonter jusqu’à lui, une autre femme va mourir. Tout semble se liguer contre la police et Kay pour favoriser le tueur. Peu à peu, Kay Scarpetta commence à se sentir menacée.

Postmortem est un récit à la première personne, cela peut en perturber plus d’un mais on finit par s’y habituer. Le lecteur se met dans la peau du personnage principal : Kay Scarpetta, une médecin légiste qui vit à Richmond. Dès le début on comprend que Scarpetta n’est pas une femme comme les autres. Elle doit se battre pour montrer aux autres qu’elle a les capacités d’exercer et que son sexe n’est en rien un handicap dans ce monde d’hommes. C’est un personnage complexe qui doit gérer sa carrière et sa famille qui ne lui facilite pas les choses.

Ce qui était innovant à l’époque de sa publication c’est que l’auteure donnait voix à une femme qui ne faisait pas partie des forces de l’ordre. Ici, Patricia Cornwell lève le voile sur le côté scientifique d’une enquête policière. A l’aide d’indices et de faits, Kay Scarpetta donne un coup de main non négligeable aux autorités pour retrouver un tueur en série.

Le lecteur s’attache rapidement à cette femme intelligente qui ne garde pas sa langue dans sa poche. Nous sommes face à un personnage qui n’est pas parfait, qui fait des erreurs dans sa vie privée comme dans sa vie professionnelle. Et c’est justement cela qui donne envie au lecteur d’en savoir plus et de suivre les autres enquêtes de Scarpetta flanquée de son fidèle Marino (qui lui aussi est un personnage extrêmement intéressant à voir évoluer).

Le personnage de Kay Scarpetta est le pilier central de la série éponyme de Patricia Cornwell. En plus d’avoir construit des personnages vraisemblables auxquels le lecteur s’attache, l’auteure nous entraîne dans un nouveau monde. Un monde où les sciences médico-légales commencent à émerger, un monde où les technologies font une entrée dans l’univers du crime. Dans les années 1990, nous sommes aux balbutiements de ces techniques et pour ceux qui sont prêts à se lancer dans cette série vous apprécierez tout comme moi de voir l’évolution de ce domaine de recherche.

Postmortem est un bon premier tome. Patricia Cornwell nous propose une entrée en matière efficace. Elle nous dépeint un monde sombre, des relations humaines compliquées et nous présente un trio (Scarpetta-Marino-Benton) que nous allons adopter facilement. L’intrigue nous tient en haleine du début à la fin. L’auteure sait comment nous faire douter, frémir et frissonner.

Pour les addicts du thriller qui ne connaissent pas encore les écrits de Patricia Cornwell, vous pouvez y aller les yeux fermés. Et pour tous les autres, je ne peux que vous conseiller de vous plonger dans cette série de qualité !

Je vais essayer de ne pas tout dévorer en un mois. Prochaine lecture : Mémoires Mortes.

Bonne lecture !

Judith

Post Mortem de Patricia Cornwell

3 commentaires sur “Postmortem – Patricia Cornwell

Ajouter un commentaire

  1. C’est une autrice que j’ai envie de découvrir depuis longtemps ! Ta chronique me donne envie de peut-être me lancer dans cette série car j’aime l’idée de suivre un personnage sur le long cours, ainsi que l’emploi de la première personne !
    Une question : on ne suit du coup que le point de vue de Kay ? Pas celui du coupable ?

    Aimé par 1 personne

    1. On suit principalement le point de vue de Kay, éventuellement celui de ses collègues mais très rarement. Et effectivement, on ne sait absolument rien du coupable en général ^^ C’est vraiment chouette de voir évoluer tout un tas de personnages sur une dizaine d’années et finalement de grandir avec eux (j’étais très jeune quand j’ai découvert cette série). Si c’est un genre qui t’intéresse tu peux y aller les yeux fermés. Dans le même style si tu aimes avoir le point de vue du tueur je te conseille les romans de Claire Favan 🙂

      Aimé par 1 personne

      1. Je comprends ton engouement effectivement si tu suis cette série au long cours depuis autant de temps. J’espère me lancer bientôt pour le coup, ça a l’air vraiment sympa ! Dans l’idée, ça me rappelle les Eve Dallas de Nora Roberts 🙂

        J'aime

Répondre à Judith - Les chasseuses de livres Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :