Les pionnières : un arc-en-ciel dans le bush – Anna Jacobs

Le second tome tant attendu de la saga Les pionnières d’Anna Jacobs est sorti en librairie le 20 janvier de cette année. Il était évident que j’allais me plonger immédiatement dans les aventures des sœurs Michaels !

Résumé de l’éditeur

1863. Ismay et Mara, deux orphelines irlandaises de 15 et 11 ans, embarquent pour l’Australie afin de fuir la misère. A peine parvenues sur cette terre sauvage, les voilà séparées l’une de l’autre.

Tandis qu’Ismay devient employée de maison au cœur du bush, Mara demeure sous la protection des religieuses de la mission catholique.

Sans se concerter, toutes d’eux décident de s’enfuir pour se retrouver plus tard. Mais le désert australien réserve bien des dangers.

Pendant ce temps, leur sœur aînée Keara, partie à Melbourne à la recherche des ses cadettes, doit affronter d’autres menaces. Les trois sœurs ne sont pas au bout de leurs peines. Parviendront-elles à enfin être réunies ?

Le premier tome de la saga s’est avant tout concentré sur le personnage de Keara, une jeune femme exemplaire née dans la misère en Irlande qui a tout fait pour tenir ses sœurs à l’abri de la faim et du travail. Dans Un arc-en-ciel dans le bush, Anna Jacobs continue de nous faire voyager en Australie au grès des saisons et se concentre sur les jeunes sœurs de Keara : Ismay et Mara.

La plume de l’auteure est toujours aussi entrainante. Bien que j’ai eu envie de savoir ce que devenait Keara en premier lieu, je me suis rapidement habituée à suivre les aventures de Mara et Ismay. Entre la traversée vers l’Australie, leurs premiers pas au sein de la sororité catholique, on se laisse voguer au rythme de leurs découvertes. Les jeunes femmes sont enfin conscientes que leur avenir n’est plus entre les mains de Keara. Le destin ne les intéressent plus, il est grand temps qu’elles fassent leurs preuves dans un pays peu hospitalier pour des jeunes femmes pauvres et sans connaissances.

Avec son caractère bien trempé, Ismay pimente cette intrigue langoureuse et d’un autre côté Mara catalyse toute cette colère et cette tristesse. C’est un partenariat qui fonctionne même lorsqu’elles sont séparées. D’un chapitre à l’autre on savoure les aventures solo de chacune d’elles, et on attend avec impatience le moment où elles vont enfin retrouver leur sœur.

Anna Jacobs sait nous faire patienter, voire piétiner sans que cela nous agace. Le dénouement est imminent mais patience, le lecteur a encore le temps pour faire le tour du bush et de Melbourne. C’est une écriture simple et sans fioriture qui nous emporte aisément au cœur de l’Australie aux côtés des sœurs Michaels.

J’ai hâte de pouvoir lire la suite de cette saga et je pense même me lancer dans la lecture des autres romans d’Anna Jacobs sous peu !

Bonne lecture à tous,

Judith

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :