Le chant des coquillages – Sarah Lark

Je ne vous présente plus Sarah Lark, cette autrice qui me fait passer des nuits blanches à chaque fois qu’une nouvelle saga voit le jour… Ce mois-ci j’ai eu le plaisir de lire Le chant des coquillages publié aux édition L’Archipel. Il s’agit du deuxième tome d’une saga qui se déroule cette fois-ci en Nouvelle Zélande.

Résumé de l’éditeur

Nouvelle-Zélande, 1863. Carol et Linda vivent heureuses après que leurs mères Cat et Ida, ont surmonté bien des embuches. Mais leur bonheur leur vaut aussi des ennemis, qui envient leur prospérité ou voient d’un mauvais œil leurs liens avec les Maoris.

Les deux jeunes femmes n’ont que faire des qu’en-dira-t-on. Bientôt, Linda prendra la tête de la colonie, tandis que Carol et son fiancé se consacreront à l’élevage des moutons.

Las, tous leurs projets s’écroulent après une terrible tragédie. Au chagrin suscité par le drame se mêlent bientôt la crainte et l’angoisse que leur avenir sur l’île soit compromis. D’autant que grandit la menace d’un conflit entre colons et autochtones.

Linda et Carol trouveront-elles la force de surmonter, comme leurs mères vingt-cinq ans plus tôt, les épreuves que le destin a placé sur leur route.

Une chose est certaine, c’est que je ne suis jamais déçue par Sarah Lark. C’est pour moi la plus belle découverte que j’ai pu faire en étant partenaire avec les éditions l’Archipel. Cette autrice sait vraiment nous dépayser et nous emporter à coup de plume dans les terres lointaines. En attendant les vacances qui tardent à se montrer, c’est vraiment le genre de lecture qui nous fait patienter. Ce n’est pas le genre de roman que l’on peut lire en une seule fois, Sarah Lark n’est pas avare de papier et c’est au mieux puisque cela nous permet de faire durer le plaisir plus longtemps.

Ce deuxième tome est à la hauteur de mes attentes, on retrouve les personnages que nous avons apprécié dans le premier tome ainsi que ceux que nous avons adoré détester. A l’instar des grandes sagas familiales, Sarah Lark nous offre de nouveaux horizons avec la nouvelle génération. On voyage encore et toujours au gré des pèlerinages effectués par les personnages principaux. On est bien sûr ravis de retrouver Cat et Ida, mais la jeunesse nous permet d’avoir un autre regard sur la Nouvelle-Zélande du 19ème siècle.

Rien ne manque dans ce roman si bien écrit et vous l’aurez compris, c’est un coup de cœur. L’aventure, l’Histoire et même la romance, tout est bien dosé pour nous faire passer un très bon moment. Il me tarde de lire la suite, en espérant qu’il y en ait une. Dans le cas contraire, je ne désespère pas, il me reste la saga du Nuage Blanc de la même autrice à entamer !

Bien évidemment c’est un roman que je vous conseille et de manière plus générale les autres sagas de Sarah Lark.

Bonne lecture,

Judith

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :