Sans mon ombre – Edmonde Permingeat

Hello ! On se retrouve aujourd’hui pour parler d’un livre qui m’a bien diverti et que j’ai lu en seulement deux jours : Sans mon ombre d’Edmonde Permingeat, publié aux éditions l’Archipel et qui paraîtra dans sa version poche ce 2 juillet 2020. Timing parfait pour en faire une de vos lectures de vacances ! Ce livre m’a été envoyé dans le cadre de notre partenariat avec les éditions l’Archipel, et j’en remercie Mylène.

– Espèce de salope ! Déjà dans le ventre de maman tu prenais toute la place !

La gifle claqua dans l’air avec un bruit sec. Incrédule, Célia porta la main à sa joue, considérant sa soeur qui la fixait, le visage empourpré, déformé par la haine. Mue par la rage, Alice leva le bras. Une deuxième gifle partit, puis une troisième… Les claques s’abattaient, retentissantes. Célia recula, haletante, la bouche ouverte, les bras tendus, tentant de parer les coups, mais Alice frappait, frappait… Animée par la furie de détruire, d’anéantir l’autre. De briser son miroir vivant.

Résumé de l’éditeur :

Dans un accès de violence, Alice a tué Célia, sa jumelle. Son reflet, son alter ego inversé, son éternelle rivale.

Célibataire, Alice enseignait la philo et trouvait sa vie étriquée. Tout le contraire de sa sœur, épouse et mère comblée, qui menait une existence de rêve dans une luxueuse demeure du bord de mer.

La mort de Célia permet enfin à Alice de prendre sa place. À elle le «pays des merveilles», la vie de rêve qu’elle avait toujours espérée.

Mais saura-t-elle donner le change ? Et connaît-elle la nature des relations qu’entretenait Célia avec son mari ? De l’autre côté du miroir, la vie d’Alice, devenue Célia, pourrait présenter des dangers… mortels !

 

Mon avis :

J’ai pris beaucoup de plaisir à dévorer ce livre. Ce n’est pas un thriller à proprement parler, même s’il s’ouvre sur un meurtre – mais plutôt un roman à suspense, empli de nombreux mystères. L’ambiance générale de ce roman m’a beaucoup fait penser à celle de la série Desperate Housewives (que j’adorais quand j’étais au lycée) : une banlieue bourgeoise, des histoires de femmes et mères avec leurs petites intrigues (amants, maîtresses, jalousie, secrets de familles, mais aussi violences et pédophilie…), une belle-mère invivable, le couple qui s’étiole, la mère qui s’oublie dans son rôle de parent. Une vie de luxe et d’oisiveté qui semble parfaite de l’extérieur, mais derrière les apparences il n’en est rien.

On plonge directement dans le livre dès la 1ère ligne (qui est l’extrait que j’ai choisi). L’auteure sait très bien happer son lecteur, pour ne plus le lâcher ! Je n’ai pas réussi à le lire d’une traite car il fait tout de même 527 pages, mais je l’ai lu en seulement 3 sessions de lecture, sur 2 jours. C’est pour dire à quel point j’ai accroché à cette lecture !

Rapidement la narration plante les graines de nombreux mystères, qui s’épaississent avec le temps. On ne devinera pas toutes les trames avant la mise en marche du dénouement. Certains points resteront obscurs jusqu’au dernier moment, tandis que d’autres seront plus facilement devinables, même si l’auteure tente de brouiller un peu les pistes. Cependant, rien n’est abracadabrantesque, toutes les clés sont disséminées le long du récit, il suffit de les voir et de réussir à tout assembler. Le suspense et les rebondissements sont donc bien amenés, avec une fin à laquelle on ne s’attendait pas vraiment, mais qui pourtant semble la plus logique au final.

 

J’ai beaucoup aimé l’idée qui va nous amener au dénouement petit à petit : l’intégralité du journal intime de Célia qui arrive en 2ème partie du livre, et qui répond à toutes nos questions au fur-et-à-mesure. L’histoire a beau être racontée au travers des yeux d’Alice pendant un long moment, c’est pourtant bien celle de Célia qui nous est réellement narrée dans ce roman. On se prend d’affection pour ce personnage qui est déjà mort, et on apprécie d’avoir enfin sa version de l’histoire à travers son journal intime, son ressenti, qui est essentiel pour comprendre sa vie.

Le portait qui en résultera est en quelque sorte une revanche pour ce personnage, qui gagnera en épaisseur et nous touchera ; comme sa sœur Alice, on regrettera de nombreux éléments de son vécu. C’est une vraie réhabilitation aux yeux de sa sœur, et aux nôtres, qui ne l’avions entraperçue qu’au travers des yeux d’Alice et des autres personnages (souvent toxiques) de son entourage.

 

C’est donc une lecture que je recommanderais, bien divertissante, bien écrite, et qui arrive à nous surprendre. Si vous avez aimé l’ambiance de la série Desperate Housewives, que vous aimez romans avec des mystères et des secrets de voisinages, je vous la recommande particulièrement. 

 


Sans-mon-ombreTitre : Sans mon ombre

Auteur : Edmonde Permingeat

Editeur : Archipoche

Nombre de pages : 527 pages

Prix : 8,95€

Date de sortie : 02/07/2020

ISBN : 9782377354450

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :